ville de La Frette sur Seine
Dimanche 25 Juin 2017
   Nous Contacter Plan du site
    
  Notre ville

La Mairie
> Accueil  > Notre ville  > Edito  > Archives
 Extrait du Discours de Monsieur Le Maire     Pour imprimer le texte
  Voeux 2015
 

Nous avons connu en ce début d’année 2015 (les 7, 8 et 9 janvier) des journées dramatiques qui resteront gravées dans nos mémoires. Tout comme le rassemblement extraordinaire des Français qui a suivi, le dimanche 11 janvier. Nous avons été très nombreux à participer à la grande marche républicaine de Paris.

N’en déplaise aux prophètes de malheur (au rang desquels figure Michel Houellebecq), la république n’est pas morte et pour reprendre un titre du Parisien « les terroristes ne tueront pas la liberté ».

Un sursaut sans précédent s’est produit dans notre pays et, maintenant, nous devons tout faire pour préserver l’esprit du 11 janvier. C’est notre responsabilité à tous.

Ces actes abominables ont été commis par des fanatiques, des illuminés qui n’ont rien à voir avec la religion musulmane. Et tout amalgame doit être écarté. Les Français ont été submergés par l’émotion et ils ont fait bloc contre l’obscurantisme….

En hommage aux 17 victimes, j’ai demandé à une artiste frettoise, Anne Barbier, de chanter La Marseillaise (elle l’avait déjà fait le 11 novembre dernier devant le monument aux morts).

En ce début d’année, je vous adresse mes vœux les plus chaleureux de bonheur et de santé pour vous et vos familles. Je vous souhaite surtout de garder l’espérance.

Depuis des années, notre pays se trouve confronté à un climat de sinistrose. Il paraît que les Français sont même plus pessimistes que les Afghans et les Irakiens !

Cela interpelle tout de même quand on voit ce qui se passe dans ces deux malheureux pays. D’après une enquête d’opinion, 82 % des Français sont convaincus que la France est en déclin. Il est vrai que notre situation économique reste très compliquée avec la poursuite de la crise : oui, il y a des gens malheureux en France, mais il y en a plutôt moins qu’ailleurs …

Bien sûr qu’il y a de gros points noirs avec une croissance proche de zéro, un chômage de masse, une production industrielle qui est au niveau de 1994, un déficit public supérieur à 4 % du PIB, une dette qui atteindra 100 % du PIB à la fin de cette année, 1 jeune sur 5 qui quitte le système scolaire sans savoir lire, écrire et compter….

Mais, dans le même temps, la France conserve des possibilités exceptionnelles de retournement. Notre pays a des ressources formidables, une démographie qui reste très dynamique (on a franchi le cap des 66 millions d’habitants), des talents reconnus avec (récemment) deux prix Nobel, un patrimoine et une culture uniques, un réseau exceptionnel d’infrastructures, des innovations médicales de tout premier ordre (je pense au second cœur artificiel du professeur Carpentier),… et on pourrait encore allonger la liste !

Oui, la France est pleine de ressources et le redressement du pays dépend d’abord de nous-mêmes….

C’est, en tout cas, l’optimisme qui anime notre action pour La Frette et, malgré les nombreuses difficultés qui s’accumulent, nous sommes déterminés à aller de l’avant.

J’ajoute que nous y sommes encouragés par la très large confiance que les Frettois m’ont manifestée, ainsi qu’à l’équipe qui m’entoure, le 23 mars 2014. J’y ai vu une reconnaissance du travail accompli ; mais je sais aussi que cette confiance nous engage.

On vit bien à La Frette et nous bénéficions d’un cadre de vie assez exceptionnel dans une ville qui a été qualifiée (à juste titre certainement !) de « perle du Val d’Oise ». Oui, nous sommes conscients d’être plutôt privilégiés ; mais, dans le même temps, nous sommes confrontés - comme la plupart des communes - à des difficultés croissantes avec une réduction de nos marges de manœuvre.

Alors qu’une cure d’austérité sans précédent va être imposée aux communes, nous nous félicitons tous les matins d’avoir su maintenir des finances très saines.

Hormis Pierrelaye, nous avons le niveau d’endettement le plus faible de la communauté d’agglomération du Parisis (543 € par habitant). En 10 ans, notre dette a baissé de 40 % et nous n’avons souscrit aucun emprunt toxique. Nous ne scrutons pas chaque jour, avec anxiété, l’évolution du franc suisse par rapport à l’euro… Nos taux d’impôts n’ont pas augmenté depuis 13 ans et j’annonce ici que ce sera encore le cas cette année.

Mais le budget 2015 va être très difficile à établir. Nous ferons porter notre effort, en premier lieu, sur les frais de fonctionnement. Comme beaucoup d’autres collectivités, nous allons être conduits aussi à réduire nos investissements. Les concours de l’Etat diminuent alors que nous subissons dans le même temps des transferts de charges non compensés, comme par exemple les rythmes scolaires (qui n’étaient pas vraiment une priorité) mais que nous mettons en œuvre dans la concertation avec le monde éducatif. Après l’élaboration d’un Plan Educatif Territorial, un aménagement du temps périscolaire devrait intervenir à la rentrée 2015. J’en profite pour dire que la qualité de l’enseignement dispensé dans nos écoles est unanimement reconnue et je tiens à en féliciter le corps enseignant.

Parmi les autres charges qui vont impacter les finances communales, il y a aussi la pénalité prélevée par l’Etat au titre de la loi SRU sur les logements sociaux. Dans le contexte actuel c’est, si j’ose dire, la cerise sur le gâteau ! Elle passe tout de même de 100 000 € à environ 180 000 € sur les 3 années qui viennent.

Nous ne sommes pas hostiles à la mixité sociale et nous ferons ce que nous pourrons dans les quelques zones qui ont, d’ailleurs, été définies avec l’Etat : nous souhaitons même que l’on y lève les obstacles qui contrarient les projets, et qui ne sont pas de notre fait. Mais je le dis très clairement et avec force : il ne faut pas compter sur nous pour remettre en cause nos zones pavillonnaires et le caractère de la commune. Notre PLU, adopté en décembre 2012, apporte à cet égard des garanties et il correspond à la volonté de la population.

Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres (je pense aux rythmes scolaires et aussi à l’intercommunalité), nos lois devraient mieux tenir compte des réalités du terrain.

Quoiqu’il en soit et malgré les contraintes qui pèsent sur nous, nous allons mettre en œuvre des projets importants, mais ils seront moins nombreux que dans la dernière période. Les priorités concerneront ce qui touche à la proximité, à la jeunesse et à la sécurité….

Nous allons reprendre le dossier de la requalification du centre gare, dont nous venons de choisir le maître d’œuvre. Les études ont déjà été très poussées sous le mandat précédent. Il faut maintenant les finaliser….

J’ajoute que notre quartier de la gare va devenir, dès ce printemps, la tête de ligne des bus qui feront la jonction avec le T2 à Bezons, via Cormeilles en Parisis.

La décision a été prise par le STIF.

En 2015, nous voulons aussi que la sécurité des Frettois soit encore mieux assurée. Cette mission incombe en premier lieu à l’Etat, mais je souhaite que l’on étudie l’installation de la vidéo-protection dans quelques points sensibles et surtout que l’on mette en place un réseau de « voisins vigilants », comme un certain nombre de villes l’ont fait avec succès.

Enfin, nous resterons attentifs et mobilisés sur tous les dossiers environnementaux, qu’il s’agisse de la refonte de Seine aval sur la rive gauche, ou des nuisances aériennes de Roissy dont le trafic connaît un fort développement. Il y a, également, quelques problèmes assez irritants avec la SNCF et RFF. C’est l’extension du trafic de fret sur notre ligne J et c’est le projet d’antenne de Synérail. Avec le collectif qui s’est constitué, nous resterons très vigilants.

Le conseil municipal des jeunes, installé en novembre dernier, va lui aussi prendre toute sa place dans notre vie locale, au cours des 2 années de son mandat. Il s’est mis au travail avec ardeur : des commissions ont été constituées et nos jeunes ont plein de projets. Ils vont faire l’apprentissage de la citoyenneté et c’est important par les temps qui courent

Il reste à évoquer notre intercommunalité et le sujet d’actualité : l’évolution de son périmètre. Sur ce point, La Frette a une position « singulière », mais qui rencontre un écho plus large qu’on ne le pense. Le conseil municipal a donné, le 7 octobre dernier, un avis défavorable au projet de schéma régional de coopération intercommunale établi par le préfet de région. Le conseil communautaire s’est, lui, prononcé majoritairement pour.

A nos yeux, un périmètre doit d’abord correspondre à un vrai projet de territoire.

Après le passage en communauté d’agglomération et l’arrivée de 4 nouvelles villes en 2012, notre structure a besoin de stabilité. Et puis, il y a le « casus belli ! » : la modification du périmètre entraîne un changement dans la représentation des villes. Le nombre de délégués pour La Frette passe de 4 à 1. Or, tous les délégués ont été élus, pour la première fois, au suffrage universel direct, en mars 2014 !

Nous craignons que les plus petites villes ne soient marginalisées, sans que les plus grosses aient beaucoup à gagner. Nous pensons aussi qu’en mettant en place de trop grosses structures, on va s’éloigner de nos administrés et perdre en proximité.

En tout cas, et quelle que soit sa configuration, je souhaite que notre intercommunalité puisse nous apporter une vraie valeur ajoutée en matière de mutualisation des services. Cela doit être sa « nouvelle frontière » pour les années qui viennent.

En conclusion, je formulerai simplement le souhait qu’un protocole d’accord soit établi et signé par tous les maires pour garantir le respect d’un consensus sur les questions fondamentales que sont le périmètre, les compétences et le mode de fonctionnement de notre communauté. Ce protocole existait sous le mandat précédent et de très nombreuses structures ont adopté cette démarche.

Chers amis, je vous renouvelle mes meilleurs vœux et je terminerai avec une citation du philosophe Gaston Berger : « Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu’à inventer. »

Bonne année 2015 !


>  Dans la même rubrique  <
Du nouveau pour l’antenne de Synérail  |  Les Elus en colère  |  Défendre notre environnement : une exigence permanente  |  Un cadre de vie à préserver
 
 Conception & réalisation F.Ghisleri ©  Copyright - Ville de La Frette-sur-Seine - 2002/2015